la plante doit s'alimenter à travers l'humus...

Publié le par Frédéric Vanpoulle

« La plante doit s’alimenter à travers l’humus,
et non à travers l’eau »


      Une expérience d’origine australienne semble prouver qu’une plante peut assimiler directement et entièrement un bon humus. Cette expérience, à refaire en Europe, et par des organismes scientifiques « officiels », pourrait modifier profondément notre compréhension de l’alimentation des plantes. Cela donnerait des bases agronomiques plus solides pour comprendre l’influence des modes de fertilisation sur la santé des plantes.L’agriculture classique pourrait être moins  influencée par la culture hydroponique. Les intuitions initiales de l’agriculture biologique, qui au départ se méfiait des engrais solubles, pourraient être validées..

Voici un descriptif sommaire de cette expérience et d’une analyse qui en est faite.
Il s’agit de prendre un très bon humus colloïdal : en l’occurrence dans ce cas du « 500 », une préparation biodynamique faite à partir de bouse de vache. Cette bouse compostée de façon particulière a une bonne odeur d’humus forestier.
Vous enterrez ce « 500 » dans un pot en verre, non fermé, horizontal, sous une culture à 10 cm (gazon, oignon..). Au bout de 6 semaines, l’expérimentateur, Alex PODOLINSKY, a constaté que le pot était complètement bourré de racines blanches, et qu’il ne restait plus le moindre humus. Les racines ont donc été capables d’assimiler d’une manière ou d’une autre cet humus.
Alex PODOLINSKY analyse le
comportement de la plante de la manière suivante :
Les plantes ont deux types de racines :
--des racines blanches, actives, plutôt horizontales, justement capables de se nourrir d’humus (1)et des éléments solubles présents dans l’humus. (on les voit facilement au printemps sur des prairies ou sur des arbres fruitiers en jauge)
-- des racines plus foncées, plutôt verticales, dont le rôle principal est d’absorber l’eau nécessaire à l’évapotranspiration.
En situation « naturelle » ou peu fertilisée en éléments solubles, la plante absorbe pour l’évapotranspirer de l’eau peu chargée en minéraux solubles. D’autre part elle s’alimente de l’humus lui-même (ou dans l’humus) des minéraux qui s’y trouvent grâce à ses racines « blanches ». Des mineraux solubles sont contenus dans l’humus, grâce à ses qualités de colloïde, sans être soumis au lessivage.
Par contre en situation trop fertilisée en éléments solubles,  ou en culture hydroponique, l’eau absorbe pour l’évapotranspirer de l’eau riche en minéraux solubles. La plante est « obligée » d’absorber ces ions présents dans l’eau, au lieu de les absorber plus sélectivement dans l’humus, via les racines blanches. Cela change donc les équilibres ioniques entre la sève brute et l’intérieur des cellules. Ces cellules sont plus gorgées d’eau, l’évapotranspiration est freinée, ainsi que la photosynthèse. Cette moindre photosynthèse, cette augmentation d’éléments solubles dans la plante agit sur la santé de la plante, sur les goûts et parfums…
Ce qui est affirmé là, peut certainement être facilement démontré ( ou infirmé) par une recherche scientifique.
L’enjeu concerne de mon point de vue l’ensemble de l’agriculture et des consommateurs, dans une perspective d’agriculture durable et d’alimentation de qualité…



     J’appelle donc de mes vœux de nouvelles  recherches et expérimentations sur cette problématique.
        En espérant vous avoir intéressé, en me tenant à votre disposition, je vous prie d’agréer l’expression de mes sincères salutations.






P.S. : Cette expérience est mentionnée dans le document « L’agriculture bio-dynamique, une agriculture d’avenir » de Alex PODOLINSKY à commander au  « Mouvement de culture biodynamique » 5 place de la Gare 68000 COLMAR tel 03 89 24 36 41 . Alex PODOLINSKY est un agriculteur ( retraité) qui a introduit et développé l’agriculture biodynamique en Australie. Il y a plus d’un million d’hectares en biodynamie, avec des résultats apparemment importants en terme de gain de fertilité, d’augmentation des taux d’humus, de lutte contre la salinité…etc
C’est non seulement durable , mais régénérant !
(1) humus ou « complexe argilo-humique » ou matière organique de nature colloidale

Publié dans sols - agricultures

Commenter cet article

elodie 15/12/2008 22:53

est-ce qu'on peut aussi conclure que la plante qui se nourrit comme ça a besoin de moins d'eau, ou seulement qu'il est inutile de lui ajouter dans minéraux dilués dans l'eau?

Frédéric Vanpoulle 16/12/2008 07:55


Effectivement, que les minéraux solubles déséquilibrent la plante, dans sa  composition, croissance, santé....