les tests de bioluminescence, la biologie de la lumière

Publié le par Frédéric Vanpoulle

Biologie de la lumière

Bases scientifiques du rayonnement cellulaire ultra-faible


Voici des Notes de lecture et extraits du livre du biophysicien allemand Dr Fritz -A. POPP de même titre (édition Marco Pietteur), pas très rédigées, mais suiffisante pour une introduction


Les biophysiciens sont maintenant capables de mesurer les émissions de lumières des cellules vivantes.
Cette lumière ultra faible, émise notamment après une stimulation lumineuse, mais sur une période assez longue, semble avoir  des propriétés particulières :


lumière cohérente, c'est à dire comparable à un laser

lumière jouant un rôle dans la communication intercellulaire

lumière et rayonnements électromagnétiques dont les recherches dans différents pays du monde devoilent petit à petit  les propriétés.


--On peut aussi comparer l'émission de lumière par des cellules saines ou des cellules malades, des plantes fraîches ou non, des plantes polluées ou non,  de culture hydroponique ou biologique...
"Qualité des aliments :
D'après nos considérations,la "vie" s'est "par définition" développée grâce à sa faculté de différer la dispersion de la lumière solaire sur la terre. Par voie de conséquence, cette propriété élémentaire est un critère essentiel de "qualité" pour la vie.
A partir de ce point de vue, l'alimentation répond vraiment à cette destination en arrêtant la dégradation thermique du consommateur . (...) Finalement tous les êtres vivants sont des "dévoreurs de lumière".
Par conséquent, la qualité des aliments doit être évaluée en termes de faculté d'emmaganisage de lumière "(Dr Fritz - A . POPP)

-- L'A.D.N. résonnateur laser
Extrait : "(...) il paraît logique que la lumière soit émise par l'A.D.N., et qu'inversement, cette lumière assume également des fonctions de régulations dans l'A.D.N. et il est possible qu'elle en soit réellement le moteur"
Dans les spirales de l'A.D.N., il y a des longues séquences de bases apparemment inutiles, car ne codant pas pour la synthèse de quoi que ce soit. C'est d'ailleurs dans ces séquences que les fabricants d'Organismes Génétiquement Modifiés déposent au hasard des nouveaux gènes. Les recherches évoquées dans ce livre "Biologie de la lumière" tendent à montrer que ces séquences "inutiles" ont justement un rôle de résonnateur Laser ...

-- La remise en cause des conceptions habituelles sur le vivant
" A cet égard, il apparaît dans tous ces processus vitaux, qu'il s'agisse de plantes ou d'animaux ou d'êtres humains, que le rayonnement  photonique ultra ténu remplisse un rôle extrêmement important "

Après un développement sur les "bio-informations éléctromagnétiques", sur les "rythmes biologiques",sur les "horloges photopériodiques", sur le modèle "hologramme" pour la mémoire, Dr POPP conclue :
"Ceci signifie que l'information biologique ne peut être appréhendée par la biochimie"


--Les mécanismes de l"évolution" à revoir ?
Dans le chapitre " le circuit régulateur entre le chaos et l'ordre", Dr  POPP écrit :
"Ainsi se pose la question de savoir si la structure de la matère vivante ne doit pas précisément être envisagée à partir de cette propriété de pouvoir mettre en oeuvre des interactions électromagnétiques.
Tous les indices plaident pour le fait que la matère vivante dispose d'une "logique quantique" lui permettant d'utiliser de façon optimale des impulsions "informatives" provenant de l'environnement en vue d'assurer sa stabilisation."(...)
"Une des concéquences de cette conception est que la biomatière chimiquement élaborée ne peut être considérée comme l'origine de l'évolution biologique. La matière elle-même est la résultante logique de l'information à laquelle contribuent constamment le Tout et la terre"

Un chercheur précurseur G. LAKHOVSKY a rassemblé ses conceptions en 3 propositions :
la vie est née de la radiation
la vie est entretenue par la radiation
la vie est supprimée par tout déséquilibre oscillatoire

Vers un nouveau paradigme scientifique du vivant ?

Pour Fritz POPP : " une divergence fondamentale entre notre représentation de la physique biologique et la biochimie classique doit être aplanie avant que nous puissions comprendre totalement la vie. Nous devons notamment démonter cette hypothèse probablement fausse consistant à considérer la biochimie comme la cause de la fonction biologique.
En réalité, les signaux électromagnétiques sont en première place dans la hiérarchie de la régulation.
Entre autres, la biomatière fait intervenir des couplages en réaction parmi les substances messagères biochimiques"


Publié dans nouveaux paradigmes

Commenter cet article