un édito de Biocontact fait par Frédéric Vanpoulle ...

Publié le par Frédéric Vanpoulle

 

entrée biocontact

Transformer l'économie!

  • la remettre à sa juste place

  • l'humaniser et lui donner du sens

  • civiliser, réguler et écologiser l'économie

  • reconsidérer l'argent

 

En introduction à ce dossier pluriel et à nombreuses facettes sur l'économie, nous vous proposons quelques idées forces ou repères. Chacun pourra les penser , les contester, les enrichir, les mettre en relation avec son monde…Et nous espérons, s'en servir et les mettre en œuvre !

  1. Expérimenter, créer, prendre des initiatives

Commerce équitable, économie solidaire, économie associante, entreprises citoyennes et écologiques, banque du développement durable et des solidarités, consomm'action, cohérence personnelle, éthique…Les initiatives foisonnent, s'améliorent , se renforcent…Chacun peut agir, seul ou avec d'autres : et nous ne sommes pas seuls comme le montre l'étude sur les "créatifs culturels"(articles pages

  1. Remettre l'économie à sa juste place :

  • vis à vis de la biosphère

  • dans la sphère sociale

  • en terme de proximité géographique et humaine

Planète oasis ou planète Titanic ?

Notre vaisseau commun planétaire souffre dans ses capacités vivantes d'auto régulation et de maintien de la vie. Trop d'humains n'ont pas accès à une alimentation suffisante et à une eau potable, les ressources minières sont dilapidées…

L'économie doit être subordonnée aux capacités vitales de notre belle planète, pour le présent et pour les générations futures : sinon l'économie devient un cancer. Cette exigence peut s'exprimer dans les concepts ( non dévoyés) de "développement durable": harmoniser les questions écologiques, les questions sociales et les questions économiques, tout en permettant aux générations futures de répondre à leurs besoins.  

Les concepts d' "empreinte écologique" peuvent nous aider à ces prises de conscience. Il faudrait deux terres si la population mondiale vivait comme les français ! Au vu du gaspillage des pays riches, il faudra même une "décroissance conviviale". C'est à dire consommer moins de ressources matérielles, et être heureux par la créativité, la convivialité, l'utilité sociale, le sens donné à sa vie...

Société financière ou société humaine ?

La finalité élevée de l'économie - production, distribution, consommation - est bien de répondre aux besoins des gens, dans leur ensemble. Mais à l'échelle mondiale, cette finalité n'est pas atteinte. Trop de gens ne peuvent répondre à leurs besoins vitaux . L'économie n'est qu'une part de la société humaine. Que serait une société sans régles, sans lois, sans conventions ? Cette dimension sociale peut être qualifiée de politique.

Que serait une société sans culture, sans valeurs humaines, sans identité, sans recherche de sens , sans créativité artistique , sans sens du sacré ? Cette dimension sociale peut être qualifiée de culturelle.

 

 

 

Remettre l'économie à sa place, c'est l'empêcher de dominer la sphère politique et la sphère culturelle. C'est lui reconnaître sa légitimité dans sa propre sphère, et l'empêcher de nuire hors de sa sphère. Puis l'amener à coopérer avec les deux autres sphères politique et culturelle. C'est la "tri articulation sociale" (  Les dynamiques de la société civile, notamment autour des "forums sociaux" comme à Porto Allegre-mondiaux, continentaux, nationaux, locaux..- vont dans ce sens.)


Réguler l'économie :

Des lois appliquées concernant le respect de la biosphère, le respect des droits humains sont indispensables

Relocaliser l'économie: proximité géographique et humaine

Jusqu'à maintenant, l'économie a suivi un mouvement de mondialisation, souvent au détriment des ressources énergétiques, souvent au détriment de la biodiversité et de la diversité culturelle…On peut accepter la mondialisation économique de certains aspects industriels. Mais n'y a-t-il pas des pans entiers des activités économiques qui devraient se situer à des échelles géographiques plus restreintes. En premier lieu, la production agricole alimentaire, la production d'énergies renouvelables, la santé, la gestion de nos déchets… N'est-ce pas un moyen parmi d'autres de sortir de la logique de concurrence et de guerre économique ? Instaurons des lieux de vente, des contrats avec des lieux existants pour relocaliser l'économie. Relocaliser l'économie peut être l'affaire de la société civile, en partenariat avec les responsables politiques et économiques.

 

  1. Humaniser l'économie

  • remettre l'économie au service de l'humain

  • permettre à l'humain de s'exprimer dans l'économie

  • donner du sens à l'économie

  • remettre du lien et de la proximité dans la relation économique

L'homme a des besoins essentiels - se nourrir, se vêtir, se loger, éduquer ses enfants…- mais aussi des besoins existentiels : se sentir utile à ses proches et à la société. Aussi l'économie a cette légitimité de service et d'échange. Nous pouvons parler de fraternité dans l'économie, et non d'assistanat ou de paternalisme. Au delà d'une saine émulation, la compétition et la concurrence économique, qui prend parfois la forme d'une guerre économique, appartiennent-elles au passé et à l'avenir ?

Les différentes dimensions de l'humain - sociabilité, individualité, créativité, conscience, …- ne peuvent -elles pas s'exprimer aussi dans l'économie ?. La coopération dans le travail et entre les différents maillons d'une filière ne sont-elles pas une voie d'avenir ?

  1. civiliser et écologiser l'économie

Le commerce équitable, l'économie associante, l'économie solidaire ont leur valeurs en eux même. Et si nous transformions toute l'économie dans ces sens ?

Et si toute l'économie devait devenir écologique, c'est à dire conforme aux lois du vivant ? Tout recyclable, le moins de déchets, le moins d'empreinte écologique…Et si l'économie devait financer les opérations de soins à la planète : restaurations forestières et des sols, neutralisation des pollutions, renforcement de la vie, éducation…

  1. Une circulation saine de l'argent

L'argent , c'est bien pratique. Mais y a-t-il besoin d'en faire une idole ou un repoussoir ? N'y a -t-il pas plusieurs formes d'argent, comme l'expérience des systèmes d'échanges locaux (S.E.L.) le montre ? Peut-on orienter différemment son argent, s'en servir comme un levier de changement ?

Les intérêts des intérêts sont-ils justifié ?

Et si nous accordions de la Valeur, du Crédit pas seulement à de l'argent et à des choses matérielles?

 

Et si nous sortions de la préhistoire ? mettons en œuvre la liberté, l'égalité, la fraternité ! C'est une belle aventure qui commence par soi même…

Commenter cet article